Maman au chômage

mon bullet journal

Ma formation est finie depuis août et me voici donc au stade de recherche d’emploi ou comment je suis pour la première fois vraiment confrontée à la recherche d’emploi depuis mon licenciement. Autant les enfants sont contentes d’avoir leur maman disponible « grâce » à mon chômage autant pour moi ce n’est pas facile comme situation.

Petit rappel

J’ai été licenciée de mon précédent emploi suite à mon accident du travail me laissant des séquelles incompatibles avec mon métier de base. J’ai rapidement trouvé ma formation suite à ce licenciement et ensuite j’ai enchaîné 8 mois à l’école… pas de le temps de se préoccuper de la recherche d’emploi durant plus d’une année.

Et maintenant ?

J’ai pris un peu de temps suite à ma formation pour m’accorder de vraies vacances, jusqu’à la rentrée scolaire des enfants.
Je n’ai toujours pas eu mon « premier » rdv Pôle emploi suite à ma réinscription qui a eu lieu mi-août… il a lieu jeudi ! Suspens ! Car je devais avoir rdv il y a dix jours et je me suis pointée pour rien… mais ça c’est une autre histoire !

Alors, j’écume les sites d’offres d’emploi. Oui car même si j’ai mon statut d’auto-entrepreneur, je recherche un emploi salarié prioritairement. Et je peux vous dire que c’est assez décourageant, le désert que je trouve sur le métier que je recherche: il y a majoritairement des offres de stage…
Je postule quand je trouve une annonce me correspondant et j’attends les réponses.

Alors j’en viens à douter, à savoir si j’ai bien choisi. Est ce que je pourrai trouver une place pour moi… J’ai un statut de travailleur handicapé, est ce que ça ne freinerait pas les employeurs ? Bref, je suis en plein questionnement et en plein doutes.

Pour pallier à la déprime, seule devant mon ordinateur à la maison à me dire que c’est un peu quand même la merde. Je me suis programmée des « rdv recherches d’emploi » à Bordeaux avec des copines de galère pour chercher avec soutien moral autour d’un café et ordinateur portable sur le bras !

Alors, je vais essayer d’y croire. Je m’accorde jusqu’à décembre pour trouver dans le boulot pour lequel je m’étais destinée en faisant ma formation. Et ensuite, j’élargirai mon champs de recherche vers « boulot alimentaire ».

Laisser un commentaire