Et on l’apprivoise…

le son des lettres

Voilà plusieurs semaines que l’on nous a dit qu’Olivia est probablement une enfant précoce. Je vous avoue que j’ai passé de mauvaises nuits, que je me suis renseignée sur quoi, pourquoi, comment… Démontez les préjugés que j’avais sur les enfants précoces, comprendre que ce sont surtout des enfants au fonctionnement différent de l’enfant « standard » si je puis dire ça comme ça !

Avoir Olivia, c’est apprendre à composer avec une enfant au fonctionnement différent. Mais surtout revoir nos principes et fonctionnements sur certains points. Nous essayons de mettre en place des choses, façon de faire, de réagir. Et je peux vous dire que c’est énergivore !!

Hautes comme 3 pommes

Il y a du mieux à la maison…

On commence à avoir du mieux à la maison dans le sens où nous comptons moins de situation de crises et à trouver des trucs et astuces.

  • Nous lui laissons prendre son temps lorsque nous en avons l’occasion pour réaliser les « tâches » pourtant quotidiennes mais surtout nous la recentrons sur ce qu’elle doit faire comme par exemple s’habiller.
  • Nous apprenons à décrypter les situations de caprices des situations émanantes d’angoisses ou stress.
  • Nous répondons toujours à ses besoins affectifs très prononcés.
  • Nous ne la laissons pas face à ses angoisses le soir. Depuis quelques jours, je reste avec elle, sous certaines conditions comme ne pas parler, jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Et elle s’endort très vite.
  • Nous répondons à ses demandes.

De mon côté, je me documente. Je lis sur le sujet. J’essaye des choses, ça marche… ou pas ! On avance, c’est bien là le principal.

L’essentiel pour nous étant de sortir de cette ambiance familiale tournant autour des crises d’Olivia.
Olivia continue son suivi chez la psychologue régulièrement, on risque en avoir pour un petit moment.

Hautes comme 3 pommes

A l’école

Lors d’un rdv avec la maîtresse, nous avons abordé la situation d’Olivia.
J’ai eu en face de moi une enseignante ouverte à la discussion et qui a écouté ce que pensent d’autres professionnelles d’Olivia.

Olivia est une petite fille qui ne montre rien en classe mais lâche tout à la maison. Nous avons été donc d’accord à ce qu’on mette en place un travail ensemble afin qu’Olivia baisse sa carapace en milieu scolaire pour oser s’exprimer en temps de classe avec la maîtresse. Sa maîtresse a aussi proposé de mettre en place avec Olivia un travail autour de la gestion des émotions.
Aux dernières nouvelles, elle reprend en individuel avec Olivia les consignes des ateliers.

De plus, j’ai demandé à la maîtresse ce que nous devions faire face aux demandes à la maison d’Olivia. Elle m’a dit d’y répondre sans non plus la pousser et en allant à son rythme. Chose que nous essayons de faire sans prendre un positionnement de « scolarité à la maison ». Ce n’est pas notre but ni qu’elle ait une longueur d’avance en classe dans les apprentissages.

Une chose de sûre, c’est que depuis que nous répondons à ses demandes et que nous ne lui disons plus qu’elle est trop petite pour faire ci ou ça, il y a incontestablement moins de crises.

Un tout qui fait que nous apprivoisons notre fille !

le son des lettres

Laisser un commentaire